100 thoughts on “Stephen Hawking : « LA PHILOSOPHIE EST MORTE » | Sciences vs. Philosophie

  1. De ce que je lit dans les commentaires, ça n'est pas une critique de la philosophie qu'il faudrait faire, mais une critique de l'école.
    Je dois dire qu'à l'école, y'avais bien pire que la philo comme matière que je n'aimais pas, il y avait l'histoire, et ça j'en ai fait pendant toute ma scolarité et j'ai toujours détesté ça.
    Il y a fallut que je me mette à lire des livres d'histoire, après mes études pour me rendre compte, qu'il n'y avait rien de plus passionnant.

  2. Je dois avouer que si je n'avait pas eu une excellente prof de philo au Lycée, J'aurais peut-être été conforté dans le même point de vue qu'Hawking.

    Je tiens à dire que j'ai quand même l'impression que les choses bougent et que les physiciens que je connais (car je suis dans ce domaine) en connaissent désormais bien plus en philosophie des sciences. J'ai l'impression que la majorité connaissent qu moins Popper et peut-être même Khun!

  3. STEVEN Hawking ?
    Même son nom est mort maintenant… :/
    Très bnne vidéo sinon, la réflexion est passionnante, même si Hawking est pour moi un grand modèle, discuter ce point de vue de lui est très intéressant.

  4. Je me demande aussi si cette réflexion qui consiste a dire que la philo est morte car la science va plus loin. Ne serais pas du même acabit que d’estimer que les art martiaux sont mort cars il existe des armes a feu.

    J'aime bien ce que disais Michael Vendetta a propos de la Philosophie :" c'est la science des concepts". Pour moi c'est une pratique qui exerce a une certaine plasticité mentale. Et donc a créer, agencer et appréhender des concepts. Tout comme la sociologie, la philosophie est également un sport de combat.

  5. J'ai failli lâcher au moment où on essaye de sauver la philosophie à coup de morale 😀
    Heureusement la vidéo n'insiste pas trop à s'enfoncer dans ce terrain vaseux imprégné des conceptions religieuses d'un autre temps, et revient vite à des choses plus sérieuses…

    Pour ce qui est de l'épistémologie, je crois qu'il y a beaucoup plus de chercheurs (même ceux sans la "double casquette") qui se posent des questions philosophiques profondes dans leur activité de tous les jours que ce que les non-chercheurs ont tendance à imaginer. Bien sûr la plupart de notre activité (surtout en tant que jeunes chercheurs) c'est du train-train et des mains dans le cambouis sans trop se poser de questions, mais à la limite cette partie même si c'est pas de la philosophie c'est pas non plus vraiment de la physique. Quand on met en place un nouveau projet (en se demandant par exemple qu'est-ce qui est une observable physique et qu'est-ce qui n'est qu'un outil mathématique), où quand on est en train d'analyser et d'interpréter physiquement les données qu'on a mis des mois à accumuler (en se battant sur la bonne façon de comprendre les statistiques et la quantité d'information qu'elles contiennent sur le monde d'une façon "raisonnablement" modèle-indépendante), d'un coup on a vite fait de dériver sur des questions proches de l'épistémologie. Je crois que ma vision de ce genre de questions n'est plus la même aujourd'hui après une thèse et quelques années d'expérience que ce qu'elle était quand j'étais un simple étudiant de master, qui avait la connaissance de théories scientifiques un peu clefs-en-mains sans avoir l'expérience de comment on les construit.

  6. Message du C.C.C : "La philosophie est une matière littéraire. La philosophie est une matière littéraire. La philosophie est une matière littéraire. La philosophie est une matière littéraire. La philosophie est une matière littéraire. La philosophie est une matière littéraire. La philosophie est une matière littéraire. La philosophie est une matière littéraire. La philosophie est une matière littéraire. La philosophie est une matière littéraire. La philosophie est une matière littéraire. La philosophie est une matière littéraire. La philosophie est une matière littéraire. "

  7. Excellent, bien dit, ca me paraît effectivement absurde d'opposer philo et science, ce n'est pas le même sujet. C'est une bonne chose que de le préciser… Peut être un jour si on décrypte vraiment le fonctionnement du cerveau on pourra traiter de la morale et des sciences humaines avec exactitude algorithmique, mais j'ai des doutes que ca puisse arriver de façon pratique. Par contre, petite critique, le débit de ta vidéo est trop rapide, on a besoin de pauses pour assimiler les phrases, rajoute juste quelques pauses entre tes phrases stp pour nous permettre d'assimiler sans faire pause à la main. Mais merci pour ce rappel des champs d'investigation.

  8. Joli message, merci pour cette vidéo je tenais juste à faire une petite remarque concernant ton public qui peut avoir des difficultés de lecture, tu illustre beaucoup tes propos de manière écrite et personnellement ça me met un peu en difficulté. Voilà je tenais juste à te le partager, ce n'est pas évident pour tout le monde mais merci beaucoup de ton contenu en tout cas! ^^

  9. Intéressante vidéo, avec du fond.
    Cependant, un bémol : galilée : usurpateur prétentieux, l'exemple type du scienteux marron, newton le rosicrucien et descartes l'inventeur du machinisme, l'interprétation la plus outrageusement stupide qui puisse exister de la condition animale.
    Ce que tu dis sur "la philosophie est plus proche des sciences qu'on le croit" est tout à fait vrai, mais alors pourquoi tous les cours et cursus de philo sont en fac de lettres ? bizarre, bizarre. L'idée reçue science VS philosophie est très répandue, y compris en "milieu scientifique", et c'est bien dommage. ça doit être pour ça que Hawking n'a pas beaucoup creusé le sujet.
    Après, pour ma part, un "scientifique" qui participe à une série télé dont le but est de discréditer la science perd immédiatement toute crédibilité.

  10. Je suis tombé par hasard sur cette vidéo. Et j’avoue qu’étant un fervant admirateur de Dawkins et Hawking (et ayant eu un prof de philosophie de terminale détestable du fait de l’orientation malhonnête de son cours, qui visait à démontrer constamment l’existence de dieu), la philosophie me paraissait jusqu’à maintenant être une pseudo-matière qui, en réalité, ne fait que re-penser des sujets auxquels la science a déjà répondu. Mais rien qu’avec cet exemple de « Tuer des animaux pour les manger est-il moral ? », m’a fait réaliser que c’était exactement l’inverse (d’autant plus que je souhaite devenir vegan…). Donc merci de m’avoir éclairé, et la prochaine fois qu’on me parlera de philosophie, j’éviterai d’amalgamer la pseudo-science de mon ancien prof fumeux, et la réelle utilité d’une telle matière.

  11. Tous ces clichés de la philosiphie vienne aussi surement de l'éducation (lycéee) où elle a un aspect tout de même très littéraire et non pas scientifique comme dans tes vidéos.

  12. Très intéressant merci !
    Par contre j'ai l'impression qu'on pourra toujours rétorquer que la philosophie ça n'est que des problèmes qui sont mal posés. En effet, il y a tout un tas de problème mathématiques qui doivent impérativement être bien posés (il y a une définition rigoureuse de ça) avant d'être résolus. Et si la philo ça n'était pas une collection de problèmes mal posés qui ne méritent pas que l'on s'y attarde parce qu’ils sont hors de portée d'une transformation en problèmes bien posés ?
    Désolé si j'ai l'air dur, c'est pas mon souhait, mais j'exprime juste une idée de contre-argument qui m'est venue.
    Merci encore pour tes vidéo, c'est très intéressant.

  13. Merci . C'était saoulant la médiatisation de cet homme .. Je finissais par croire qu'il avait la science infuse et paroles d'évangiles .. Qu'il repose en paix .. Ce qui tue la philosophie , c'est son emprisonnement dans les universités .. Elle est partout ..
    Comme la science , sans conscience …

  14. Bon ça risque d'être long et comme je n'ai pas regardé toutes tes vidéos (honte à moi ;p) peut-être que tu auras déjà répondu à certaines de mes critiques ou de mes affirmations. J'ai deux points fondamentaux a aborder qui sont en réalité dépendants l'un de l'autre. Tout d'abord la philosophie morale se retrouvant dans ta question "est il moral d'élever des animaux pour les manger" et le second point, épistémologique, se retrouvant dans tes question "que pouvons nous connaître ?" etc… (j'ai l'impression de préparer une dissert pour mes exams mdrr) Je serais politique aussi sans hésiter, car tout est politique, même la philosophie.
    Donc je vais rentrer en contradiction avec toi car, pour moi, la philosophie morale est morte ou doit, au moins, impérativement mourir sans avoir a orienté notre mode alimentaire et plus loin de production. Je m'explique, l'élevage est devenu une nécessité pratique quant au nombre croissant de la population un peu avant le néolithique et impliquant ainsi la sédentarisation. Le fait que nous ayons pu assouvir les besoins fondamentaux et d'avoir créer les moyens de les combler de manière pérenne, a permit a la population de croître et a engendrer de nouveaux besoins, ceux-ci demandant l'évolution du mode de production (passer de chasseurs/cueilleurs a éleveurs/agriculteurs. Bon, je vous teas, le rapport avec mon affirmation arrive très bientôt. Sinon, la transition a été lente biensur, les deux se sont côtoyé longtemps et c'est évidemment plus compliqué mais je résume, surement par flemme.). L'évolution du mode de production a demandé l'évolution de la conscience que nous avions de nos besoins une fois assouvit et la conscience de notre rapport a la nature pour en assouvir de nouveaux. C'est à dire que la question "morale", qui n'en est en faite pas une, c'est déjà posé au néolithique, posé de manière inconsciente (paradoxe ?) et la réponse a été que notre rapport a la nature se transforme de plus en plus en rapport d'exploitation, succédant un rapport de crainte, une conscience animal de la nature. C'est d'ailleurs pour ça que parler de préhistoire pour moi est erroné, car la préhistoire c'est déjà l'histoire dont le moteur est l'évolution du mode de production, et l'évolution de la conscience que nous avons de ce qui nous entour. (plus loin de la lutte des classes etc…). Le progrès des croyances s’accompagne toujours d'un progrès du mode de production. (Oui, je suis matérialiste, et j'écoute beaucoup tonton Marx haha mais bref je continue.) Finalement la question morale ne se pose pas, tout dépend de ce que nous permet de faire le mode de production actuel pour combler nos besoins. Nous n'avons pas besoin de l'holocauste animalier actuel pour assouvir nos besoins actuels, il n'est qu'une externalité – même si pouvant être perçu comme terrible – d'un mode de production bourré de contradictions (le capitalisme, comme les précédents d'ailleurs.) car reposant sur la marchandise, la logique de marché et donc, du profit d'une minorité possédant les moyens de production. Et non sur l'assouvissement des besoins des forces productives qui ont conscience que ce qu'elles produisent, elles le font pour assouvir leurs besoins et leurs désirs ( le prolétariat, c'est la force productive qui n'a pas conscience de ce qu'elle produit, car elle le fait pour quelqu'un d'autre, pour la bourgeoisie en l’occurrence et durant le mode de production féodaliste, pour la noblesse. "L'aliénation" pour les philosophes ;). Donc, retourner a des marchés locaux et paysans, "éthiques" ne résoudra pas le problème, mais ne fera que le fuir.). Peut-être qu'en se réappropriant la production on pourrait se passer de l'élevage et trouver d'autres solutions, mais ça reste a tester et non une question éthique ou morale mais une question de nécessité pratique. Car ces questions morales, en vérité, sont déterminés par le mode de production, comme nous avons une meilleur connaissance et donc conscience de la nature, en découle ces questions qui remettent en question nos acquis du néolithique comme réaction a l'assouvissement complet du besoin de manger de la bonne grosse viande. C'est une question culturelle plus que philosophique finalement, morale quoi, hypocrite, qui ne peut être résolu qu'en faisant évoluer le mode de production et non en régressant à un mode de vie paysan moyen ageux ( je dis pas ça pour toi hein, mais pour une rancœur politique contre les gens érigeant le marché local comme solution pour lutter contre le marché mondial. ils comprennent pas que le marché mondial est un progrès par rapport aux marchés féodalistes qui ont prouvés leur inefficacité a nourrir toute la population. Et c'est pas pour rien que seul les ptits bourgeois peuvent se permettre de manger bio. Il faut se réapproprier le marché mondial pour le collectiviser, et non le fuir. "réapproprier" est un terme réfléchit d'ailleurs plutôt que s'approprier, car c'est nous qui produisons ce qu'il se trouve sur ces marchés. Et quand je dis nous, c'est le prolétariat peut importe sa nationalité même si extrêmement souvent dans les anciens – enfin pas si révolus – pays colonisés où réside une inégalité encore plus marqué et violente que chez nous. Vive l'internationalisme d'ailleurs et soutient a ces peuples en lutte. Ptn je digresse de ouf, 0 pour la dissert.). Ensuite, pour le point épistémologique, je pense donc que les questions que nous pouvons être capable de nous poser sont déterminer par le mode de production. Peut être est ce une coïncidence, mais les progrès scientifiques sont plus intensifs dans le capitalisme que durant toute l'histoire humaine. Et je dis bien intensif, car, pour expliquer en quoi je pense que c'est une conséquence et non une coïncidence, la science est elle même une marchandise, soumise aux lois du marché et donc a la compétitivité et a l'accumulation toujours plus rapide de capital de connaissance et a la course a l'innovation. C'est d'ailleurs pourquoi le capitalisme met si longtemps à agoniser malgré ses contradictions et les crises qui en découlent, il se renouvel, se restructure et innove constamment. Sans ça, il se serait écrouler au 20ème siècle et en 2008 (merci à l'état d'avoir rempli son rôle de chien de garde des inégalités au passage <3 d'ailleurs avant qu'on me parle de la Corée du Nord et D'Urss, je suis absolument opposé a la dictature du prolétariait. Car, pour moi ce n'est pas la division du travail qui s'est spontanément mit en branle après l’assouvissement des premiers besoins durant la "préhistoire", mais bien l'apparition de l'Etat, suite a l'augmentation de la population, qui a planifier la division du travail. Sinon il n'y aurait plus de société perçu comme "primitives" qui par rejet de l'état n'ont pas pue développer leur mode de production et n'ont pas misent en place de division du travail. Le communisme autoritaire n'est qu'un capitalisme d'état. Vive les soviets libres mais, aussi et toujours, les digressions. ha. ha. Et vive l'anarchie aussi. ). Donc, nous ne pouvons connaître que ce que la logique de la marchandise nous permet d'explorer actuellement. Je ne parle pas en moyens techniques ou en financement, mais bel et bien en perception du monde qui nous entour. Perception qui découle de notre place dans la production capitaliste et plus généralement du mode de production dans lequel nous évoluons. Car, pour revenir au point précédant, l'évolution des croyances dont j'avais parlé dépend effectivement de ce que posent et résolvent comme problème le progrès du mode de production. Si par exemple dans le coran ou dans la thorat on dit qu'il ne faut pas manger de porc, c'est parce que bah à l'époque y'avait pas de frigo et que la viande porc devenait nocive extrêmement vite. Je ne suis pas spécialiste, j'attends des corrections si je me trompe hein. Mais une chose est sur, les croyances et la culture sont des modes d'emplois pour vivre ensemble, et ces modes d'emplois dépendent du contexte dans lequel ils sont créés et donc du mode de production qui nous permet de ne plus craindre certaines choses naturels par ignorance, car nous l'avons apprivoisé, domestiqué en progressant de plus en plus au fur et a mesure que nos besoins se comblent et que les moyens pour les combler en créé de nouveaux. La philosophie comme tout le reste est, pour moi, dépendante du mode de production et des problématique qu'il impose. (les problématiques ne seront pas les mêmes pour les pays dont la transition démographique a été effectué grâce aux progrès de la médecine par exemple et ainsi d'autres questions, par ces progrès, pourront se poser.) Donc la méthode épistémologique pour savoir ce que nous pouvons connaitre est pour moi le matérialisme (d’Épicure à Hegel en passant par Marx etc…). Donc, pour conclure, comme disait Marx : la philosophie, c'est de la merde 😛 Et comme disait Sartre : Si l'homme n'adopte pas le communisme libertaire, il est fichu. Ou quelque chose dans le genre… 😉
    Je sais que je m'exprime mal à droitement soyez indulgent. Mais je suis ouï a toute critique de ma critique critique, pour ceux qui ont la référence, dites le en commentaire 😉 😉 (j'ai honte de moi là ).

  15. Feynman a aussi écrit:
    "Philosophers are always saying, “Well, just take a chair for example.” The moment they say that, you know that they do not know what they are talking about any more. "

  16. Alan Sokal a montré avec son canular (https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Sokal) que certains, parmi les sociologues et les philosophes, non seulement ne comprenaient rien aux sciences dites dures, mais s'en servaient pour se faire mousser aux yeux de leur admirateurs.
    L'ouvrage qu'il a écrit avec Jean Bricmont, Impostures intellectuelles (https://fr.wikipedia.org/wiki/Impostures_intellectuelles), ridiculise ces philosophes d'opérette, chouchous des médias et leur postmodernisme.
    Monsieur Phi (de même que bon nombre de vos collègues), vous n'êtes pas un de ces philosophes d'opérette. Merci.

  17. Non, la science et la philosophie, selon moi, ne partagent pas le même objectif. C'était le cas, dans l'antiquité, où tout le monde était philosophe. Et c'est de nouveau le cas si l'on considère, comme tu l'as fait, que le philosophe sacrifie sur l'autel de l'époque, à savoir la raison, la rationnalité, bref la scientificité. Cette philosophie a un synonyme : science. Et les philosophes qui utilisent la science sont… des scientifiques. Cette dernière, la science, porte bien son nom : elle vient du latin scientia_, ce que possède le _sciens le sachant, le savant de quelque chose. Si l'on veut savoir combien il faut manger de tartines le matin, selon son âge son sexe et son activité physique, alors on consulte la science, un expert dont le nom se termine en "logue". Le philosophe, à considérer ta définition de la philosophie, lui le porte très mal, son nom. Mais pas selon moi, puisque l'amoureux de la sagesse ne doit pas être un amoureux du savoir. Comme s'il suffisait de savoir pour être sage, non : tout le monde peut savoir, la vérité est trop facile, en quelque sorte. La sagesse ça veut tout et rien dire, ses amants vont de Diogène, à Spinoza, à Marx, c'est pas rien niveau hétérogénéité. Tant de gens qui ont traité des questions dont les réponses n'ont servi à rien, et pourtant sont intéressants. Enfin bref : la vérité c'est pas pour les philosophes, selon moi, ou en tout cas pas la vérité "factuelle", ni "objective"

  18. Espérons que tu arrives à montrer au public que les Derrida et autres postmodernistes (et courants alternatifs) ne sont que des pseudo philosophies. Car ce qui fait que la science a une image rationnelle, est lié au fait qu'elle exclus sans crainte et sans taboo les pseudo science. L'argumentation et le doute sont le point commun de la science et de la philosophie que tu souhaites faire cohabiter. Tout l'enjeu est, je pense, ici !

  19. L'argumentaire de Bergson sur les limites de la science aurait été plus que pertinent pour cet épisode.

  20. En tout cas cette video est la bonne occasion de rappeler que science et philosophie vont de paire et lorsqu'on pense se limiter à un domaine où l'autre nous empêche de réfléchir d'après ma trogne. Par exemple la science sans Épistémologie ou encore sans philosophie des sciences est moins riche ça c'est sûr ! La philo ne sera pas morte tant qu'on la prendra au sérieux ! Une société qui se fie uniquement au sciences dures et qui ignore les sciences humaines est une société mal barrée. Et j'ajouterai aussi que la philosophie se portera mieux quand elle se débarrassera de son élitisme totalement con ! heureusement que des chaînes de vulga comme celle là existent.

    longue vie à la philo !

  21. Bien avant Hawking, le premier à ma connaissance à avoir défendu l'idée que la philosophie a cédée la place à la science est Jean-François Revel dans son petit livre Pourquoi des philosophes ? en 1957. Bon en fait, on s'aperçoit qu'il défend implicitement le positivisme et l'empirisme. Néanmoins sa critique de telle ou telle philosophie est souvent très bonne, et surtout très drôle.

  22. C'est une bonne illustration qu'il n'y a pas "une intelligence", mais plusieurs. Stephen Hawking a clairement une intelligence hors norme sur les sciences, notamment la physique, mais son affirmation que la philosophie est morte est assez partiale, partielles et erronée. On ne peut pas être bon partout! 🙂

  23. Bonjour. Que pensez-vous de l'idée qui propose que toute œuvre artistique soit construite sur des mécanismes qui s'apparentent à ceux nécessaires à la philosophie;  un texte argumenté écrit ou chanté, un coup de pinceau sensé,… différent dans la forme lorsqu'il s'agit d'un argument symbolisé d'une équation correcte mais identique dans le fond ? (J'espère que ma question n'a pas coûté la vie d'un chaton, pire, vous donner envie de me lire. Ne faites pas attention à mes cheveux aux vents, de grâce 🙂  Merci d'avance pour votre réponse. https://sergefranquinet.wixsite.com/roman

  24. Salut Monsieur Phi ! Tout d'abord merci pour le contenu que tu partages sur ta chaîne ! J'aimerais savoir si tu connaissais des livres, philosophes qui traitait de la rationalité elle-même, de sa valeur, de sa réalité… ou même si tu prévoyais de faire une vidéo sur ça ! Encore merci, ciao !

  25. La notoriété de Stephen Hawking ne tient t'elle pas en grande partie à son handicap?
    Aujourd'hui on aime tant l'égalité, qu'on adore mettre en avant tout les gens qui réussissent malgré un handicap. On aime les "minorités visibles, les femmes, les femmes à barbe encore plus, les handicapés mentaux et physiques, etc… Tous sont présentés comme une chance pour la société, alors qu'un handicapé physique ou mental est évidemment une charge pour la société, que l'on aide par humanité. Du coup, un handicapé physique qui fait des publications scientifiques de haut niveaux : mais c'est génial!!
    Est il vraiment le scientifique du siècle? Et si oui, est-ce vraiment du fait de ces travaux?? Par principe, j'en doute, car je connais mon époque.

  26. En disant cela il voulait seulement provoquer une petite lueur d'intérêt (il faut faire des sous jusqu'au bout) à son égard avant de rejoindre l'au-delà. Certains se laisseront tenter par son livre car Stephen Hawkins est populaire. Très peu pour moi, j'ai autre chose à faire, chacun sa vie, chacun son temps, pour une fin connue de tous.

  27. Je n'ai jamais vraiment compris cette façon de penser de certains scientifiques. Pour moi la philosophie est très intéressante et toujours vivante. Peut être la biologie comme science est-elle plus propice à une ouverture vers la philosophie? Mais j'avoue que les cours épistémologiste que j'ai eu ont été super et nécessaires et que la plupart des étudiants de ma classe ont pensé pareil 🙂

  28. Question: Quel est actuellement celui qui réconcilie le mieux la science et la philosophie? Quel est le philiosophe actuel le plus au fait de la science ou le scientifique qui mêle le mieux la philosophie a son etude?

  29. http://space-badges.pagesperso-orange.fr/matiere%20a%20reflexion/index2.html

    Ou petite tentative personnelle pour expliquer la notion de "matière" d'un point de vue surtout scientifique!

  30. einstein a ete un physician plus grand que hawking, et il a quand meme ecrit des textes philosophique, y compris, il s'enteressait beaucoup aux religions et même a la theosophie… alors, tais toi, hawking…

  31. Enfin quelqu'un pour parler au "grand public" en France de la philosophie analytique et pour dire que la philosophie n'est pas forcément une discipline "littéraire". Je vous suis depuis quelques petites semaines, et ça fait du bien de voir des vidéos en francais où l'on parle de philosophie et de logique, de sciences, de paradoxes et de Russell, plutôt que de cantonner la philosophie à Hegel, Foucault, Lacan ou Heidegger (j'exagère volontairement).

  32. Pour une première approche à la philosophie des sciences, je mentionnerais aussi "La philosophie des sciences au XXe siècle" de Barberousse, Kistler et Ludwig (voire le "précis de philosophie des sciences", de chez Vuibert), et le très classique "La structure des révolutions scientifiques" de Thomas Kuhn.

  33. "La philosophie est morte". Je le disais assez souvent déjà, mais maintenant que je sais qu'un chaton meurt chaque fois qu'on dit cette phrase, vu la surpopulation féline… je vais me forcer et le dire encore plus!

  34. Ah et la philosophie est clairement pour les littéraires.

    Non mais plus sérieusement, vous posez beaucoup de questions, et c'est OK. Mais ceux qu'on veut dire (nous les méchants ignorants qui disons que la philosophie ne sert à rien aux sciences), c'est que d'accord vous posez des questions, mais y répondez vous? Et de manière à ce qu'il y ait un consensus? C'est-à-dire avec une argumentation assez forte pour que la grande majorité des philosophes du domaines soient d'accord?
    Et comment on pourrait croire que la philo soit vraiment essentielle à la science si des gens comme Hawking (ou Feynman) qui selon vous ne devait rien connaitre aux derniers développement de l'épistémologie, ont pu allez si loin?

    Les questions, c'est très bien, mais il faudrait y répondre de temps à autre… et chaque fois qu'un philosophe défend la philo, il ne fait que poser des questions… Quand vous y répondrez (peut être qu'un jour les philosophes y arriveront) et bien on en reparlera, en attendant, la philo n'aide pas…

  35. La philosophie n'est pas morte évidemment ! mais cette vidéo me fait surtout penser au corporatisme dans certaines professions qui ont peur de perdre leurs intérêts (livre, conférence, €$…). Pas d'inquiétude les Philoux , il vous rend service, il vous réveille ! 😉

  36. L'institut de physique de Rennes organise une petite dizaine de conférences par an. Une fois par an, il s'agit d'une conférence de philosophie. Comme quoi la discussion entre les deux matières se fait quand même… Elles sont d'ailleurs filmées (depuis que j'ai insisté pour qu'elles le soient, quand j'y travaillais) :

    https://m.youtube.com/channel/UCJSHWKLJldjAaIfBAKOPuOg#

    En décembre 2017, il s'agissait de Alexandre GUAY pour "La causalité comme un processus physique"

  37. Stephen Hawking a raison sur le point de dire que les sciences "dure" ont pris énormément d'avance sur les sciences "molle" c'est un fait.

  38. Slt ! bonne vidéo mais tu détourne le réel problème avec tes arguments d’éthiques et la caricature de la philosophie inutile perçue par le scientifique; bien sur qu'il ne critique pas la philo pour ça et justement c'est ce qu'il dénonce. Hawking en disant cela met en avant que la philosophie s'est délaissée des questions "pures", existentielles qui sont après tt les plus fondamentales (sans minorer l'importance ,mais bien pour les Hommes, des questions éthiques etc) qui sont peu à peu tombées notamment entre les mains des théoriciens (mais bien sur qui restent des questions PHILOSOPHIQUES). En effet, la philosophie surtout aujourd'hui est clairement en général centrée sur l'Homme et ce qu'il implique, ce qui n'est clairement pas l’intérêt du théoricien pure comme Hawking pour qui la philosophie pure doit se réduire à l'épistémologie. Mais bien sur, tu l'as bien dit, certains philosophes sont très au courant des avancés scientifiques pas technologiques (aucun interet pour lui) mais bien théoriques, et d'ailleurs je crois que ta chaîne justement va ds ce sens, alors continue ^^

  39. Toutes les disciplines travaillant main dans la main pour résoudre un problème (sous TOUT les angles) quel beau rêve gâché en partie par la fierté de l'homme .. Je commence a avoir l'image d'une science très snob et fermé à force d'essayer de comprendre des choses par tout les moyens .. Ça leurs enlève leurs objectivisme légendaire

  40. Merci, c est en écoutant d autres passionnés de philo Qu on se rappelle que même en répondant à ses questions Qu il en existe encore d autres plus intéressante !

  41. il y a un paradoxe dont il me semble que tu n'a jamais parler "il me semble" je peut me tromper ! ce paradoxe c'est le paradoxe de Zénon, il est vrais que ta branche philosophique est plutôt comment dire … porter sur la moral l'utilitarisme l’être ne pas être plutôt qu'une philosophie mathématique disons (qui devait passablement pomper Hawking au je pense)BREF !

    je te soulève ceci parce que ce paradoxe me laisse réfléchir asse souvent je suis un adepte de la marche et quand je marche je pense et quand je pense je suis de nature philosophe un peut j'aime bien a re faire le monde dans ma petite caboche ^^'
    et je doit dire que le paradoxe de (CE CONNARD) de Zénon ma hanter des jours et des jours

    pour ce qui ne connaisse pas ce paradoxe il est très simple disons que Marion doit aller d'un point A au point B
    bon on est d'accord pour dire que pour aller du point A au point B Marion doit d'abord faire la moitié du chemin entre le point A et B
    un fois arriver a 1/2 du chemin c'est pas fini il nous reste encore la moitié du chemin a parcourir
    maintenant que vous êtes pile poile entre A et B vous devais encore faire la moitier de la moitié vous avez fais 1/4 du chemin
    très bien maintenant il faut encore faire la moitié de la moitié de la moitié EEEEXXXTTT !

    Zénon démontre que en théorie vous ne pourrais jamais atteindre votre objectif puisque il y a potentiellement une infinité de point sur votre ligne (bien que celle ci soit fini) mais ce n'est pas tout si on prend le problème a l'envers on ce rend compte que l'on peut même pas avancer en faite puisque je peut toujours mettre un point plus prés que mon deuxième point et un encore plus prés ext …

    MTN J'AI PEUT ETRE RÉSOLUT LE PROBLÈME 🙂 !
    oui avec ce problème la dans l'univers ça pose problème oui on peut le dire je pense, mais dans les multivers non 🙂 !
    en gros mon idée est simple si je dit que tout notre univers infini fini avec ou sans bord on sen branle ! tout notre univers est un POINT ok ? bon je peut pas aller du point A au point A ça na pas de sens même au niveau quantique je pense que ça na aucun putain de sens ! donc si je veux bouger je doit définir un autre point B mais je n'ai pas le droit de mettre mon deuxième point sur mon premier ça reviens au même problème "aller du point A au point A" donc mon point ne doit pas ce situé dans mon univers il doit ce situer dans un autre univers B ! ET VOILA CES FAIS 🙂 le mouvement est possible dans notre univers puisque le moindre point est forcement extérieur a mon premier j'ai automatiquement un point A l'univers et un point B situé a ça frontière maximum deux point qui me permet daller et venir dans mon univers je ne suis pas obliger daller jusque au point B de toute manière c'est impossible comme le soulève Zénon 😀

  42. Par "philosophie" il voulais surement dire métaphysique, déterminer la nature de la réalité au delà des apparences.
    Alors, la métaphysique est elle morte? (du moins une part d'elle qui ne découle pas directement de l’épistémologie? )

  43. L'humain mange des animaux , étant un animal lui même, pourquoi ne ce mange t-il pas non plus pareillement …………………………..!

  44. Une interrogation puisque pouvons nous comprendre le monde qui nous entour
    Pourquoi sommes nous ce jour et non hier et pas demain , pas il y a 1000 ans dans le passé et 1000 ans dans le future , pourquoi ce jour

    La philosophie ne peut expliquer tout
    L'Univers est ce utile et pourquoi
    La vie est t-elle une erreur produite par ce même Univers , le Bug informatique du temps

  45. Bonjour, tu dis que la philosophie a une existence propre en-dehors de la science, mais le problème se pose sur tout les écrits qui ont été fait pré-revolution scientifique et qui sont encore enseignés au lycée . J'avais un très bon prof de philo en terminal mais qui tenais peu compte de l'avancée scientifique , par exemple pour : l'inconscient, le désir et (même si celui ci porte à controverse) le libre-arbitre (vidéo de science étonnante).

  46. Ayant fait une terminal S je regrette profondément que la philo soit associée au littéraire… On aurait pu aborder de l'épistémologie, ça aurait pu être fun… Au lieu de ça ce fut indigeste et barbant. Snif !

    Quand au sujet, autant Hawking est impressionant en sciences, autant là, je ne suis pas d'accord avec lui mais avec toi. La philo est d'après moi toujours aussi importante en sciences. Il n'y a qu'à écouter les scientifiques qui vulgarisent leur travaux. Ils partent tous en mode philosophique.
    Et pour ce qui est de la théorie du tout, ou du big bang ou je ne sais quel mystère scientifique, la philosophie leurs permet des conjectures passionnantes.

    Donc oui la philo et la science vont de paire et encourageons le !

  47. Le moment de doute où tu te demandes si tu ne fais pas parti de la catégorie des S mais que tu remets en question le moindre détail et que tout sujet est débat…
    La philosophie engendre t-elle la science? paradoxalement la médecine orientale est-elle considérée en Occident comme de la philosophie puisque elle intègre les 3 instances du psychisme?
    Des questions existentielles restent donc en suspens… donc philosophique non?… 😥

  48. La Philosophie est La Sciences des Sciences : le fondement de toutes disciplines. Je suis quelqu'un de "très scientifique" qui aime les faits réels et concrets ce qui ne m'empêche de remarquer l'importance de la philosophie. En effet la philosophie meurt chez les scientifiques dans le sens où elle est délaissée (avec elle du coup l'éthique). Ainsi, la sciences (dans le sens ingénierie/technologie) avance beacoup plus vite que la morale ! Il est donc nécessaire d'avoir des scientifiques philosophes, sinon on se mettera à detruire le monde entier sans qu'on ait le temps de le regretter !

  49. Monsieur Phi : (lisant les pages évoquées dans la vidéo) oh le fumier! il a dit ça ! je vais faire une vidéo ça va chier !

  50. c'est bien connu, pour les scientifiques, la philo c'est comme la pologne : c'est plat, plein de marécages, et souvent envahie par les allemands.

  51. Hawking n'était que peu au courant a part son champ restreint d'expertise de l'importance de la philosophie tel que les sciences cognitive. En parlant de moral je ne pense pas que son handicap fait de lui un génie métaphysique et mystique. Je trouve que ça contribution dans la physique des trous noirs loin de la révolution. Je préfère lire Hegel en ce moment qui a lancé Marx sur la lutte des classes et la dialectique.

  52. La philosophie des sciences, et peut-être même la philosophie tout court, nécessite la connaissance des "nouveaux" concepts de la physique, contre-intuitifs, sur le temps, l'espace, l'ontologie même (les objets quantiques…)…il me parait difficile pour un vrai philosophe de ne pas être scientifique, çà n'a plus de sens. Si la philosophie ne s'adapte pas à ces nouveaux concepts – pas si nouveaux que çà en fait – elle ne sera plus crédible, même si ce n'est pas politiquement correct de le dire. Dans les milieux scientifique, elle est poliment, mais largement rejetée, et les quelques scientifiques – philosophes (etienne klein..) eux même se montrent très critiques, ils ne sont que l'arbre qui cachent la forêt.

  53. Dommage, pour moi, la philosophie et les sciences sont comme l'énergie et la matière ou lélectricité et le magnétisme : des facettes d'une mem médaille

  54. "La philosophie est morte" peut se comprendre aussi par "La pensée est morte", la "fin de la pensée".
    Nous vivons dans un monde ou tout va bien plus vite que la pensée. La Pensée ne se contente que de faire des constats aujourd'hui. A peine une pensée prétend proposer une vision d'avenir que celle-ci est déjà réalité ou bien dépassé.

  55. Malheureusement il n'y a pas grand-chose à sauver parmi les "grands philosophes" français récents: Derrida, Lacan (qui se disait philosophe aussi), Badiou, Deleuze, même Foucault.
    Parmi les Allemands je n'ai jamais compris l'intérêt de Heidegger et plus généralement des héritiers de Kant. Plus généralement je crois qu'on sous-estime beaucoup le mal que le relativisme allemand a fait au monde (Markus Gabriel en est un héritier), et, au risque de provoquer, je pense même qu'on a de sérieuses raisons de faire le lien entre ce relativisme, qui souvent nie la raison et glorifie la toute-puissance de la politique, et le totalitarisme qui a envahi le XXe siècle. C'est sûrement l'un des points de conflit entre analytiques et continentaux mais je ne connais pas ce débat.

  56. Il est dans le délire scientiste habituel… La philo est un danger pour les sciences car elle remet en cause leurs fondements, et donc, leurs pré-jugés, leur consensus qui est loin d'en être un. Pour ma part, j'adore les titiller sur l'intrication quantique qui réduit en bouillie leurs notions d'espace et de temps… Et qui ouvre une porte sur la métaphysique, et ça, ça les embête énormément.

  57. Plus la "Science" patauge, plus les médias empêchent tout apprenti-philosophe d'avoir accès à une information lui permettant une vision globale d'une Réalité promenée dans un Palais des Miroirs glaçant de spéculations ne laissant plus aucun espoir de sortir du Labyrinthe, où parait-il une vilaine bestiole teigneuse nous attend en piaffant… Y carrer la vitesse de la Lumière pour l'impliquer en massif argument de limitation cosmique, énergétique boisson d'un entropisme catastrophique réduisant le destin de l'Univers à un refroidissement considérable de tout positivisme exagéré ou d'optimisme béatifiant de ses béantes lacunes… euh… nous en étions à quelle page, vers "c'est satanique, puisque le rock fêle air d'oreille molle afin de micro-vents transformer en audible propos ?" … ou un peu plus en amont, avant que ne soit publiée "L'Apocalypse selon qui n'a jamais écrit ce texte", bouquin d'un prétendu réincarné exprès pour l'avouer quelques siècles plus tard…, n'être pas un complimentropiste payé pour faire peur aux retraités ou aux infirmes que déjà trois toubibs ont diagnostiqués avant d'avoir un détective chèrement payés au cul… Tiens, papa, si je crève avant cinq ans, remercie Dieu au lieu de pleurnicher, c'est pour pouvoir choisir le métier de te surveiller pendant ton agonie d'ancien contractant d'assurance-invalidité, maintenant c'est trop tôt…, la place ne sera libre que dans vingt ans…

  58. Dans ce cas si comme monsieur phi vous croyez que la philosophie est vivante ! vous devez être capable de réfuter sans trop de problèmes cette autre argument qui fait juste 6 petites minutes .

    https://www.youtube.com/watch?v=gqXAabeShRQ
    https://www.youtube.com/watch?v=Rob3mb0hn5Y

  59. Hawking est une enflure qui n'a pas que cette histoire de philosophie comme gros préjudice causé à la science, à la philosophie, ou à l'humanité en général. Son pire crime à mon avis est d'avoir détruit de manière qui semble aujourd'hui irréversible, la VULGARISATION scientifique.
    Au départ quand on vulgarise, on utilise des similitudes, des sujets que la plupart des gens comprennent bien et dans lesquels il existe un "saut" dans la pensée et le raisonnement qui permet de suivre la compréhension du raisonnement jusqu'à son bout en éliminant les doutes.

    En science on a des choses à assimiler qui heurtent l'intuition de tous les jours. Et qui parfois ne la heurtent plus si on parvient à comprendre quelques sauts, dus par exemple à des changements de paradigme pertinents, mais qui nécessitent d'en être familier pour en réaliser la pertinence et l'absence de faille. On trouve donc un sujet auquel les auditeurs sont plus familiers, pour leur montrer un saut possible et juste dans un contexte et ensuite le transposer dans un autre contexte. Grâce à quoi le raisonnement rigoureux, dans le domaine scientifique, qui semblait obscur, s'éclaire soudain et est compris rigoureusement, ou du moins avec assez de rigueur pour que le raisonnement soit compris vraiment, et non pas remplacé par un autre voire par un contresens. Hélas des enseignants eu scrupuleux ou eux-mêmes incapables de comprendre ce processus, parce qu'ils n'ont pas réussi les transpositions de sauts intellectuels mais ont remplacés un raisonnement par un autre par manque dramatique d'intuition ou de volonté et de discipline, en viennent à remplacer cette méthode extrêmement bénéfique dans l'enseignement et la vulgarisation des sciences, par des comparaisons qui ont l'apparence de cette méthode, mais qui n'ont rien à voir en réalité, car elles ne donnent pas un élément d'appui pour réaliser un saut intellectuel pertinent avec la rigueur requise, mais au contraire elles dispensent l'auditoire de ce saut et avec lu de la rigueur, en leur proposant de CONFONDRE la situation scientifique avec une situation plus familière. Et le résultat dramatique est que l'auditoire au lieu de comprendre correctement le raisonnement scientifique, remplace ce raisonnement par un autre qui est souvent un contresens ou du moins totalement étranger à la situation. Un exemple c'est le spin des particules, qu'Hawking remplace sans s'en encombrer, par une idée de moment d'inertie : "c'est comme si la particule tournait sur elle-même". Je ne ferai pas une longue liste d'exemple, il suffit d'ouvrir Une Brève Histoire Du Temps à n'importe quelle page pour trouver des exemples à la pelle. Alors il est vrai que d'autres sont allés plus loin qu'Hawking, mais jamais avec autant d'autorité que lui.

    Est-ce si dommageable pour que j'en prenne à ce point ombrage? Oui, l'exemple est dramatiquement délétère pour la qualité de la pensée, et l'usage de la logique dans la population. Soumise à des modèles en lesquels elle a confiance, pour organiser la pensée, mais qui sont totalement erronés, cause directement que ces méthodes fausses seront imitées. Alors qu'il a fallu des siècles aux gens de science rigoureux et volontaires, pour éduquer la population à penser de mieux en mieux dans notre société, ces inconscients irresponsables qui pratiquent la fausse vulgarisation, qui est en fait une sorte de sophistique, ruinent en quelques années ces longs et patients efforts. Et c'est une conséquence directe si des gens qui pensent sincèrement raisonner de leur mieux en arrivent à défendre en toute bonne foi et sincérité absolue, des idées comme la Terre Plate ou certifient que les astronautes américains ne sont jamais allés sur la Lune,preuves scientifiques à l'appui. Le public les croit, incapable qu'il est devenu de distinguer un raisonnement rigoureux d'un raisonnement spécieux. Et Hawking ayant à la fois usé et abusé du spécieux et de la sophistique dans ses livres et joui d'une renommée mondiale, peut-être due à son handicap qui le fait entrer presque automatiquement dans la légende des savants à petit corps et gros cerveau qui sont "donc" les puissances scientifiques incontestables… Le résultat est que son vice a eu un impact CONSIDERABLE qui a clairement contaminé toute la profession en décomplexant les négligents et les ignorants. En très peu de temps, la rigueur de la pensée s'est écroulée à cause, en grande partie, de ce type, et elle va droit vers les fonds vaseux de l'obscurantisme qui est désormais pris pour une méthode scientifique à l'usage de tous que chacun peut user pour imposer ses idées sur l'empire Américain, qui est certes parfois horriblement injuste, mais qui a quand même envoyé ses astronautes sur la Lune, ou sur des complots qui sont nombreux à être vrais, mais nombreux AUSSI à être totalement imaginaires.

  60. Hawking est une enflure qui n'a pas que cette histoire de philosophie comme gros préjudice causé à la science, à la philosophie, ou à l'humanité en général. Son pire crime à mon avis est d'avoir détruit de manière qui semble aujourd'hui irréversible, la VULGARISATION scientifique.
    Au départ quand on vulgarise, on utilise des similitudes, des sujets que la plupart des gens comprennent bien et dans lesquels il existe un "saut" dans la pensée et le raisonnement qui permet de suivre la compréhension du raisonnement jusqu'à son bout en éliminant les doutes.

    En science on a des choses à assimiler qui heurtent l'intuition de tous les jours. Et qui parfois ne la heurtent plus si on parvient à comprendre quelques sauts, dus par exemple à des changements de paradigme pertinents, mais qui nécessitent d'en être familier pour en réaliser la pertinence et l'absence de faille. On trouve donc un sujet auquel les auditeurs sont plus familiers, pour leur montrer un saut possible et juste dans un contexte et ensuite le transposer dans un autre contexte. Grâce à quoi le raisonnement rigoureux, dans le domaine scientifique, qui semblait obscur, s'éclaire soudain et est compris rigoureusement, ou du moins avec assez de rigueur pour que le raisonnement soit compris vraiment, et non pas remplacé par un autre voire par un contresens. Hélas des enseignants eu scrupuleux ou eux-mêmes incapables de comprendre ce processus, parce qu'ils n'ont pas réussi les transpositions de sauts intellectuels mais ont remplacés un raisonnement par un autre par manque dramatique d'intuition ou de volonté et de discipline, en viennent à remplacer cette méthode extrêmement bénéfique dans l'enseignement et la vulgarisation des sciences, par des comparaisons qui ont l'apparence de cette méthode, mais qui n'ont rien à voir en réalité, car elles ne donnent pas un élément d'appui pour réaliser un saut intellectuel pertinent avec la rigueur requise, mais au contraire elles dispensent l'auditoire de ce saut et avec lu de la rigueur, en leur proposant de CONFONDRE la situation scientifique avec une situation plus familière. Et le résultat dramatique est que l'auditoire au lieu de comprendre correctement le raisonnement scientifique, remplace ce raisonnement par un autre qui est souvent un contresens ou du moins totalement étranger à la situation. Un exemple c'est le spin des particules, qu'Hawking remplace sans s'en encombrer, par une idée de moment d'inertie : "c'est comme si la particule tournait sur elle-même". Je ne ferai pas une longue liste d'exemple, il suffit d'ouvrir Une Brève Histoire Du Temps à n'importe quelle page pour trouver des exemples à la pelle. Alors il est vrai que d'autres sont allés plus loin qu'Hawking, mais jamais avec autant d'autorité que lui.

    Est-ce si dommageable pour que j'en prenne à ce point ombrage? Oui, l'exemple est dramatiquement délétère pour la qualité de la pensée, et l'usage de la logique dans la population. Soumise à des modèles en lesquels elle a confiance, pour organiser la pensée, mais qui sont totalement erronés, cause directement que ces méthodes fausses seront imitées. Alors qu'il a fallu des siècles aux gens de science rigoureux et volontaires, pour éduquer la population à penser de mieux en mieux dans notre société, ces inconscients irresponsables qui pratiquent la fausse vulgarisation, qui est en fait une sorte de sophistique, ruinent en quelques années ces longs et patients efforts. Et c'est une conséquence directe si des gens qui pensent sincèrement raisonner de leur mieux en arrivent à défendre en toute bonne foi et sincérité absolue, des idées comme la Terre Plate ou certifient que les astronautes américains ne sont jamais allés sur la Lune,preuves scientifiques à l'appui. Le public les croit, incapable qu'il est devenu de distinguer un raisonnement rigoureux d'un raisonnement spécieux. Et Hawking ayant à la fois usé et abusé du spécieux et de la sophistique dans ses livres et joui d'une renommée mondiale, peut-être due à son handicap qui le fait entrer presque automatiquement dans la légende des savants à petit corps et gros cerveau qui sont "donc" les puissances scientifiques incontestables… Le résultat est que son vice a eu un impact CONSIDERABLE qui a clairement contaminé toute la profession en décomplexant les négligents et les ignorants. En très peu de temps, la rigueur de la pensée s'est écroulée à cause, en grande partie, de ce type, et elle va droit vers les fonds vaseux de l'obscurantisme qui est désormais pris pour une méthode scientifique à l'usage de tous que chacun peut user pour imposer ses idées sur l'empire Américain, qui est certes parfois horriblement injuste, mais qui a quand même envoyé ses astronautes sur la Lune, ou sur des complots qui sont nombreux à être vrais, mais nombreux AUSSI à être totalement imaginaires.

  61. Hawking est une enflure qui n'a pas que cette histoire de philosophie comme gros préjudice causé à la science, à la philosophie, ou à l'humanité en général. Son pire crime à mon avis est d'avoir détruit de manière qui semble aujourd'hui irréversible, la VULGARISATION scientifique.
    Au départ quand on vulgarise, on utilise des similitudes, des sujets que la plupart des gens comprennent bien et dans lesquels il existe un "saut" dans la pensée et le raisonnement qui permet de suivre la compréhension du raisonnement jusqu'à son bout en éliminant les doutes.

    En science on a des choses à assimiler qui heurtent l'intuition de tous les jours. Et qui parfois ne la heurtent plus si on parvient à comprendre quelques sauts, dus par exemple à des changements de paradigme pertinents, mais qui nécessitent d'en être familier pour en réaliser la pertinence et l'absence de faille. On trouve donc un sujet auquel les auditeurs sont plus familiers, pour leur montrer un saut possible et juste dans un contexte et ensuite le transposer dans un autre contexte. Grâce à quoi le raisonnement rigoureux, dans le domaine scientifique, qui semblait obscur, s'éclaire soudain et est compris rigoureusement, ou du moins avec assez de rigueur pour que le raisonnement soit compris vraiment, et non pas remplacé par un autre voire par un contresens. Hélas des enseignants eu scrupuleux ou eux-mêmes incapables de comprendre ce processus, parce qu'ils n'ont pas réussi les transpositions de sauts intellectuels mais ont remplacés un raisonnement par un autre par manque dramatique d'intuition ou de volonté et de discipline, en viennent à remplacer cette méthode extrêmement bénéfique dans l'enseignement et la vulgarisation des sciences, par des comparaisons qui ont l'apparence de cette méthode, mais qui n'ont rien à voir en réalité, car elles ne donnent pas un élément d'appui pour réaliser un saut intellectuel pertinent avec la rigueur requise, mais au contraire elles dispensent l'auditoire de ce saut et avec lu de la rigueur, en leur proposant de CONFONDRE la situation scientifique avec une situation plus familière. Et le résultat dramatique est que l'auditoire au lieu de comprendre correctement le raisonnement scientifique, remplace ce raisonnement par un autre qui est souvent un contresens ou du moins totalement étranger à la situation. Un exemple c'est le spin des particules, qu'Hawking remplace sans s'en encombrer, par une idée de moment d'inertie : "c'est comme si la particule tournait sur elle-même". Je ne ferai pas une longue liste d'exemple, il suffit d'ouvrir Une Brève Histoire Du Temps à n'importe quelle page pour trouver des exemples à la pelle. Alors il est vrai que d'autres sont allés plus loin qu'Hawking, mais jamais avec autant d'autorité que lui.

    Est-ce si dommageable pour que j'en prenne à ce point ombrage? Oui, l'exemple est dramatiquement délétère pour la qualité de la pensée, et l'usage de la logique dans la population. Soumise à des modèles en lesquels elle a confiance, pour organiser la pensée, mais qui sont totalement erronés, cause directement que ces méthodes fausses seront imitées. Alors qu'il a fallu des siècles aux gens de science rigoureux et volontaires, pour éduquer la population à penser de mieux en mieux dans notre société, ces inconscients irresponsables qui pratiquent la fausse vulgarisation, qui est en fait une sorte de sophistique, ruinent en quelques années ces longs et patients efforts. Et c'est une conséquence directe si des gens qui pensent sincèrement raisonner de leur mieux en arrivent à défendre en toute bonne foi et sincérité absolue, des idées comme la Terre Plate ou certifient que les astronautes américains ne sont jamais allés sur la Lune,preuves scientifiques à l'appui. Le public les croit, incapable qu'il est devenu de distinguer un raisonnement rigoureux d'un raisonnement spécieux. Et Hawking ayant à la fois usé et abusé du spécieux et de la sophistique dans ses livres et joui d'une renommée mondiale, peut-être due à son handicap qui le fait entrer presque automatiquement dans la légende des savants à petit corps et gros cerveau qui sont "donc" les puissances scientifiques incontestables… Le résultat est que son vice a eu un impact CONSIDERABLE qui a clairement contaminé toute la profession en décomplexant les négligents et les ignorants. En très peu de temps, la rigueur de la pensée s'est écroulée à cause, en grande partie, de ce type, et elle va droit vers les fonds vaseux de l'obscurantisme qui est désormais pris pour une méthode scientifique à l'usage de tous que chacun peut user pour imposer ses idées sur l'empire Américain, qui est certes parfois horriblement injuste, mais qui a quand même envoyé ses astronautes sur la Lune, ou sur des complots qui sont nombreux à être vrais, mais nombreux AUSSI à être totalement imaginaires.

  62. Je vois pas en quoi l’anti-matérialisme de markus Gabriel contribuerai à déligitimer la philosophie plus que d’autres. Il part juste d’un positionnement philosophique différent que le tien. Et cette opposition antre matérialisme et libre-arbitre existe depuis le début de l’histoire de la philosophie (Sartre faisait la même critique des sciences pour ne citer que lui). Tu ferais mieux d’assumer un parti pris philosophique au lieu de faire passer des philosophes simplement anti-matérialistes comme malhonnête.

  63. La ou Hawking a raison c'est que les scientifiques font des découvertes, alors qu'en philo on débat sur ces découvertes ou bien on fait des hypothèses sur de futurs découvertes

  64. la philosophie n’est certe pas morte mais elle peine a suivre.la science fait des bons énormes et beaucoup de philosophes ont décroché.Je pense que l’on ne peut pas sérieusement avancer comme philosophe sans être un scientifique de pointe.
    Les anciens avaient une connaissance complete des sciences de l’époque.Aujourdh’ui la connaissance est spécialisée car trop vaste.Il vous manque toujours quelque chose d’important .Pas facile ,mais notre époque est passionnante.

  65. Le boss des trous noirs c'est Jean Pierre Luminet. Hawking c'est plutôt la mécanique quantique/relativité et théorie cosmologique. Me trompe-je ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back To Top